dimanche 7 février 2021

Caen : la mairie débitume les pieds des arbres pour les laisser respirer et créer d'immenses espaces verts

À l’heure où la transition écologique occupe les esprits dans le monde entier, la ville de Caen a décidé de retirer le béton qui entoure les pieds de ses arbres pour les laisser respirer (article paru sur le site : DEMOTIVATEUR, déniché par Laurence).

Cette solution pour le moins originale à pour but de redonner à la nature l’espace qu’elle mérite, y compris au cœur des centres-villes. Elle est particulièrement intéressante et novatrice car elle intègre pleinement les besoins des végétaux dans sa conception et vise ainsi à améliorer les conditions nécessaires au bon développement de la biodiversité. On est loin des plans d’urbanisme d’il y a une ou deux décennies qui consistaient souvent à poser du bitume pour rendre les quartiers plus propres et faciles d’entretien.

Un changement pratique en plus d’être beau et utile

Aujourd’hui, la préfecture du Calvados montre une réelle volonté de changement en dégoudronnant les pieds des arbres et en augmentant grandement la surface habituellement réservée aux espaces verts. En laissant pousser les herbes et les fleurs autour des arbres, la municipalité fait un choix esthétique mais également pratique. En effet, en plus d’ajouter de la couleur et de la verdure à ses rues, la ville de Caen n’aura plus à intervenir chaque mois pour procéder à la tonte manuelle des mauvaises herbes via. Les agents normalement dédiés à cette tâche pourront donc s’atteler à d’autres problématiques plus prioritaires. Cette évolution a été confirmée par Julie Callberg-Ellen, maire-adjointe chargée de la transition écologique : « plutôt que d’avoir des agents qui enlèvent les petites herbes dans le bitume, nous allons les laisser pousser. »

Concrètement, Ludwig Guillaume, maire-adjoint chargé des espaces publics, a indiqué que pour le démarrage de ce nouveau projet d’urbanisme, ce sont d’abord les axes avec de larges trottoirs qui ont été ciblés afin que les piétons puissent toujours jouir d’un espace suffisant pour circuler en toute sérénité. La première zone à vivre cette transformation sera le boulevard Bertrand, situé en plein cœur du centre-ville, où les riverains pourront bientôt profiter de plus de 1 000 m² de verdure supplémentaire. Et la mairie a pensé à tout le monde puisque pendant et après les travaux, un passage de deux mètres entre chaque arbre permettra aux personnes en fauteuil roulant de circuler sans aucun souci.

Une illustration de la pertinence de notre programme où nous appelons à redonner de la place à la nature en retirant du béton.  Et s'ils l'ont fait à Caen, c'est que ce doit être possible ailleurs!





dimanche 31 janvier 2021

Tribune Février 2021


La crise sanitaire perdure avec son lot de difficultés et de frustrations. La


prolongation des mesures contraignantes éprouve durement nos vies et

les perspectives obligent à nous préparer à vivre durablement avec un

virus présent et changeant.

Très majoritairement, nous continuons à faire preuve de responsabilité.

C’est heureux et à saluer. Nous ne pouvons néanmoins nous satisfaire de

ce satisfecit. L’attentisme qui place les espoirs dans un hypothétique

retour à la « normale » ne peut pas servir d’horizon des mois durant.

Nous l’affirmions, dès le 1er confinement, en demandant la prise en

compte de la crise, qui est aujourd’hui notre quotidien, dans le Plan

communal de sauvegarde. Nous pressentions que gérer au jour le jour ne peut être l’objectif dans la

durée.

Invoquer d’autres urgences serait ne pas voir que les rigueurs de l’hiver imposent d’abriter celles et

ceux que les mesures barrières contraignent à attendre sous la pluie dans le froid devant La Poste et

les magasins.

Des aménagements sont à envisager. Le matériel de la commune peut y aider. La galerie marchande

chauffée mais vide pourrait aussi être utilement mobilisée au bénéfice des commerçants comme des

clients.

Fidèles à ce que nous défendons, nos propositions sont notre contribution à l’intérêt général bien

éloignées des postures politiciennes avec lesquelles la majorité les confond.


Christian Piccolo, Isabelle Catrain, Denis Berton, Bertrand Granado.

https://www.avenirecologiqueetsolidaire.fr/

collectif.smo.2020@gmail.com

mardi 5 janvier 2021

Voeux 2021

Après cette année 2020 en grande partie masquée, privative de nos libertés les plus chères, privative de lien social, de culture, de travail, de nature … après une année qui a vu partir de manière anticipée nombre d’entre nous, qui oblige chacun de nous, à tous âges, à la résignation ; nous souhaitons que 2021 ne soit pas l’année d’un fatalisme collectif. 

Au contraire. Soyons forts ensembles, à l’écoute, pour apporter à celles et ceux qui en ont besoin le réconfort de notre belle devise Fraternité ; Soyons solidaires, généreux, pour donner, à celles et ceux que la crise économico-sanitaire pilonne, les moyens de vivre dignement de notre belle devise Egalité; Soyons courageux, audacieux et lucides pour rester maîtres de notre ineffaçable devise Liberté. 

Face à la pandémie et ses conséquences, la tentation pour certain-e-s sera grande d'opposer les enjeux climatiques et la relance économique, comme celle d’opposer l’écologie au social, soyons clairvoyants pour enfin poser des bases du « monde d’après » et que nos lendemains aient le goût du renouveau.

Elu.es, nous porterons comme toujours ce message et des propositions d'actions concrètes et écologistes au sein du Conseil municipal de Saint Michel sur Orge! 

 Très bonne année 2021 à tou-te-s!







samedi 2 janvier 2021

Tribune Janvier 2021

 

Les impôts locaux nous le rappelle : l’argent public « facile » n’existe pas. Quelle que soit la collectivité qui dépense, c’est le contribuable qui finance.

Cela donne le droit de s’interroger sur l’utilisation des impôts locaux. En particulier sur la tendance à dépenser à la place d’autres. En se justifiant par des arguments « paravents », la municipalité se prive ainsi de marges pour engager l’impératif que désormais tout le monde invoque : la transition écologique et solidaire.

Quelques exemples :

-          l’agence postale communale créée après la fermeture du bureau Gambetta par La Poste,

-          la police municipale et la vidéosurveillance qui laissent plus penser une substitution qu’à une complémentarité avec la police nationale.

-          la rénovation des parkings privés, places de Ber et de Püttlingen, à mettre en regard des rues qui attendent leur rénovation.

Aujourd’hui, l’intervention dans une transaction commerciale au sein de la galerie marchande sans raisons probantes avec à la clef une fermeture supplémentaire.

Le budget 2021 peut bien être présenté comme répondant aux attentes des habitants, l’abandon des conseils de quartier dit l‘absence de volonté de recueillir vraiment ces besoins.

Nous redisons la nécessité de la démocratie participative. Faire avec pour éviter de faire contre est une exigence.

 

Christian Piccolo, Isabelle Catrain, Denis Berton, Bertrand Granado

collectif.smo.2020@gmail.com


mercredi 16 décembre 2020

Conseil municipal 15/12/2020

 Séance du conseil non retransmise en direct contrairement à ce qui était annoncé sur le site internet de la ville. La maire a justifié ceci aux motifs que le conseil était public, sauf qu'en période de couvre feu à 20h et sans que personne n'ait été prévenu, difficile d'avoir quelque auditoire... Mais nous sommes peu surpris, car les temps sont au confinement même celui de la vie publique et du débat démocratique!

Malgré tout, nous aurons observé une minute de silence à la mémoire de Valéry Giscard d'Estaing.

Passons en revue les points de ce conseil.

1/ Décision Budgétaire Modificative 2

Il nous était demandé de valider le projet acquisition des murs et du fond de commerce de la boulangerie Desjardins au centre commercial du bois des roches pour un montant de 200 000 euros. La justification de ce projet acquisition est claire, il s’agit de faire muter le secteur de la galerie commerciale dans lequel se trouver la boulangerie pour remembrer le centre commercial dans le cadre du projet Action Cœur de Ville. Ce qui est clair, c’est que le projet Action Cœur de Ville a apparemment avancé, que la majorité a déjà des plans puisqu’il est question ici de remembrement mais qu’elle ne trouve pas utile, ni d’en discuter avec les habitants et encore moins avec les conseillers municipaux que nous sommes. Cela est surprenant, non ? Nous avons lu la tribune de la majorité dans le Saint Michel ma Ville, qui nous accuse de posture politicienne lorsque nous énonçons une simple vérité, celle d’une démocratie confisquée que vient juste confirmée cette demande acquisition. Nous ne pouvons nous prononcer n’ayant aucune information sur le projet dans lequel cette acquisition va être réalisée, projet qu’il nous parait fondamental de construire en concertation avec tous les saint michellois. C’est pourquoi nous n'avons pas pris part au vote sur cette délibération.


2/ Budget primitif 2021

Un Budget 2021 insuffisant. 

Nous faisons tout d'abord le constat que la capacité d’autofinancement est en recul de plus des deux-tiers. Chercher à la masquer par la mobilisation des provisions pour amortissement est dilatoire puisque cette opération est réalisée chaque année. En revanche qu’elle soit le résultat de l’externalisation du transport montre qu’il s’agit d’un choix couteux. Nous ne pouvons que regretter qu’il n’ait été fait que peu de cas de notre remarque sur ce point au moment de ce choix. Aujourd'hui la démonstration est faite que nous avions raison.

Il a beau être avancé que les investissements sont tournés vers la réduction de notre empreinte carbone, il est difficile de percevoir cet engagement. Quelques exemples pour illustrer notre constat. Les moyens consacrés à la création d’une seule trame verte sont ridiculement bas (10 000€) et encore ne s’agit-il que d’une étude. La réalisation attendra encore. Le mobilier à acquérir pour le centre social est en plastique dont il n'est pas dit si le moment venu il sera recyclable. Nous pouvons en douter.  La création des oasis dans les écoles n’est que la réparation imparfaite de l’artificialisation des cours d’école qui va bon train par ailleurs. Nous nous étonnons que la création d’oasis s’étende au marché Gambetta qui n’est plus une réalité depuis bien longtemps. Nous nous inquiétons de la création d’un belvédère et de la pose de mobilier urbain dans le bois du Mont Pipau qui ne vont pas dans le sens de la préservation de la biodiversité. Dans la présentation du budget par fonction, la sous-fonction 83 (environnement) reste désespérément à 0 (page 56).

Nous ne pouvons nous satisfaire de ce budget. Nous attendions un tournant pour le premier budget de ce mandat, un vrai engagement pour que Saint Michel prenne sa part contre le changement climatique. Force est de constater que ce budget reste en deçà du minimum requis. Nous regrettons qu'il démontre que la prise de conscience n'a pas eu lieu. 



Face au ton et aux réponses apportées par les élu-e-s de la majorité, notamment à Christian Piccolo, nous n'avons pu rester silencieux. Certes si nous n'avons pas le "monopole du vert", il nous semblait important d'apporter notre regard sur les choix "écologiques" de la majorité.




3/ Remplacement d'un membre au sein des commissions Solidarités et Ressources et moyens

A la suite de la démission le 13/11/20 de notre collègue Christine Desmond, la candidature de Bertrand Granado était proposée en remplacement.
Vote POUR à l'unanimité

4/ Indemnité de l'auto école EBR Conduite du fait de travaux

Demande d'indemnisation suite aux travaux réalisés dans le cadre d'Action Coeur de Ville. Le lien est avéré entre la gêne provoquée par les travaux, la baisse de fréquentation du commerce et la diminution de son chiffre d’affaires pour les mois de janvier et février 2020. C’est pour cette raison qu’il est proposé d’accorder à l’auto-école EBR conduite une indemnisation à hauteur de 5 250€ calculée sur la base d’une perte de chiffre d’affaires de 150€ par jour durant 35 jours ouvrés
Vote POUR à l'unanimité

5/ Fixation du taux de redevance d'occupation du domaine public pour le réseau d'eau potable


Cette délibération avait pour objet de fixer le plafond de la redevance payée par la régie publique de l'eau pour l'usage du domaine public communal (passage des canalisations de distribution d'eau potable dans le sous-sol). Nous avons fait remarquer le caractère étonnant de cette délibération qui vise à faire payer un service public au profit d'un autre service public (la commune). Nous avons également souligné qu'il fallait faire le contraire de ce qui nous était demandé. En effet, plutôt que taxer la régie, il faut soutenir ce service public issu d'un rare exemple, même imparfait, de démocratie participative qui ait débouché sur un résultat concret.. Nous avons indiqué que fixer un plafond cela permet de fixer le montant à payer entre 0€ et le maximum. Nous avons donc proposé de décider que le taux soit fixé à 0€. Sans être entendu par la majorité qui a voté d'un bloc.  

6/ Renouvellement des membres au sein du CA du CCAS

Notre groupe était favorable à la constitution d’une liste fusionnée entre les 2 groupes d’opposition et pour des raisons d’équité souhaitait laisser la première place à un de nos collègues de SMEC. Dans le cas d'un refus de la majorité (qui n'a as manqué!), nous avons décidé de ne pas présenter de liste en faveur de l'autre groupe d'opposition.
Jean Louis Berland est donc devenu membre pour l'opposition au CA du CCAS.

7/ Frais de déplacement des agents en mission ou en stage

Les frais de transport peuvent être remboursés lorsque les agents se présentent aux épreuves d'admissibilité ou d'admission d'un concours ou d'un examen professionnel dans la mesure où : 
- Les épreuves se déroulent hors de la résidence administrative et de la résidence familiale de l’agent. 
- Les frais de transport sont pris en charge au titre du déplacement entre le lieu de l'épreuve et la résidence administrative ou la résidence familiale. 
- Ces frais ne sont pris en charge que pour un aller-retour pour les épreuves d’admissibilité et pour, le cas échéant, un aller-retour pour les épreuves d’admission par année civile. 
Nous avons voté POUR

NS

8/ Ouverture dominicale des commerces de détail 

Cette délibération se base sur la loi du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (dite loi Macron) pour autoriser les établissements de commerces de détail où le repos hebdomadaire a lieu normalement le dimanche à ouvrir le dimanche dans la limite de 12 dimanches par an fixés par le maire.

L’établissement concerné par cette délibération est le supermarché Géant Casino qui profite déjà largement des dérogations existantes pour ouvrir le dimanche matin (avec ses salariés) et le dimanche après-midi avec ses caisses automatiques et des vigiles.

Géant se trouve donc dans notre commune dans une position de quasi-monopole face à des commerces plus petits. Ne devrions-nous pas aussi assurer une égalité des chances économiques à l’ensemble des commerces de Saint-Michel ?

Cette délibération est également l’occasion de réfléchir à la société que l’on souhaite construire ensemble.

Ne vaut-il pas mieux profiter d’un dimanche en famille ou entre amis pour découvrir les richesses culturelles ou naturelles de notre ville, de notre département et de notre région plutôt que d’aller flâner dans les allées d’un supermarché ou d’un centre commercial ?

Par conséquent, notre groupe vote CONTRE cette délibération.


9/ Nouveau projet d’établissement de l’école des arts

La mise au débat du projet d’établissement de l’école des arts 5 mois après le changement d’appellation du conservatoire rappelle que la charrue semble avoir été mise avant les bœufs et interroge toujours autant sur l’association de toutes les parties à ce nouveau projet qui propose rappelons un élargissement du champ artistique

-          Denis fait référence au travail collectif du service et des personnels éducatifs ce qui est indispensable de notre point de vue. Mais n’évoque pas la concertation évoquée en commission.

-          Vous évoquez la concertation dont à fait l’objet ce projet, il semble qu’il s’agissait plus d’une présentation du projet aux seuls parents.

-          A lire le compte rendu de l’association sur son site internet, les parents ont manifesté le souhait d’apporter des avis. Chose qui leur a été accordé dans un délai plus que contraint, puisqu’ils pouvaient rendre leur copie au plus tard le 23/10. Pourquoi cette précipitation alors que le projet actuellement en vigueur est périmé depuis 2018? Quelques semaines de plus en associant vraiment toutes les parties auraient eu le mérite de favoriser des échanges de nature à enlever le gout amer de ne pas faire ensemble.

-          Précipitation qui ne peut s’appuyer sur le changement d’appellation, ni celui des nouveaux enseignements (pas si nouveaux). La nécessité de renouveler l’agrément certainement, vu que le nouveau projet est déjà mis en œuvre depuis la rentrée de septembre et que l’association des parents d’élèves n’a même pas eu d’accusé de réception de ses propositions et la version définitive du document.

-          Ce projet d’établissement démontre donc s’il fallait encore le faire, que la participation citoyenne même dans ses instances les plus spécifique est une contrainte pour vous. 

        Abstention de notre groupe



 

10/ Adhésion au réseau Micro folies 

Cette délibération prévoit l'adhésion au réseau Micro folies qui permet de mettre en œuvre pleinement le projet, et d'assurer suivi et renouvellement.

Nous saluons cette option complémentaire à l’ouverture culturelle, même si elle ne remplacera jamais la fréquentation des œuvres dans un vrai musée (établissement que le ville ne pourrait avoir, quoi que …) malgré tout ce projet ouvre un axe pédagogique culturel intéressant.


Vote POUR à l'unanimité

11/ Renouvellement de l'agrément du RAM

Le renouvellement de l’agrément du RAM nécessite de fournir un bilan et des projections pour l'avenir. Le rapport particulièrement fourni en données a été salué. Nous avons également rappelé toute l’importance de ce type de structure pour les parents et le corps de métier des assistantes maternelles: c'est en effet un lieu d'échanges permettant de rompre l’isolement, de se former. 

 



Lecture des décisions et Marchés

Bertrand Granado -> intervention sur la surveillance des fissures de l’hôtel de ville, décision 2020-273 contrat avec la société Antea 

"Madame la maire a décider de surveiller les fissures de l’hotel de ville, ce que nous ne pouvons qu’approuver si le bâtiment subit des dommages. Pouvez vous nous dire où ces fissures ont été constatées et quelles en sont les causes ? Nous en profitons pour connaître aussi l’état des travaux de consolidation de l'église St Michel où des filets sous la charpente ont été installés et pour laquelle des dérangements au niveau de ses pieux de fondation avaient été constatés?"

Motion Ville éducative votée à l'unanimité


Articles recommandés

Vœux 2020

Mettre au cœur des enjeux de la prochaine élection municipale, les indispensables politiques de transition qu’appellent les urgences enviro...

les plus lus